Draco Dormiens Nunquam Titillandus
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre avec une nulle. - Nat'

Aller en bas 
AuteurMessage
Alekseï V. Palkhomir

Petit chieur dégoulinant de sex appeal

avatar

Masculin Messages : 232

Carte d'étudiant
Année d'étude: Cinquième année
Pureté du sang: Sang-mêlé
Patronus: Sombral

MessageSujet: Rencontre avec une nulle. - Nat'    Ven 4 Avr - 23:14

Lundi matin, 8h. La tête dans les vappes parce que j'ai pas assez dormi. Mais ça va, c'est pas un cours gonflant. La défense contre les forces du mal, c'est sympa. Bon, le prof est assez particulier, mais il fait plus de pratique que de théorie et ça rend le cours assez drôle. La plupart des élèves n'aiment pas ce cours, tout simplement parce qu'ils le trouvent trop... Comment ils disent déjà ? Hardcore. Je crois que c'est ça. Personnellement, je trouvais ça plutôt normal comme cours. Il faut dire que comparés aux cours de défense de Durmstrang, ici, c'était de la gnognotte. A Durmstrang on torture les animaux, on fait venir les créatures les plus terrifiantes qui soient, on vous lâche face à elle et on a interdiction d'intervenir. Sauf si le sorcier en question est en train de mourir. Pas sur le point de mourir, hein, en TRAIN de mourir. Voilà voilà quoi. Donc franchement, à côté, les cours du Professeur Hollowitz *, c'est que dalle.
Aujourd'hui, c'était les sortilèges de torture. Pas les impardonnables, je vous rassure. Les différents groupes de la classe venant à peine d'arriver en cours. Je ne captais pas grand chose. Quand je suis fatigué, je pense en Ukrainien. Je comprend pas l'anglais. Du coup pour suivre c'est parfois un peu relou. Mais là ça allait, je commençait à saisir des brins de conversations. Tout le monde s'installait, sortait ses stylos, ses plumes, ses livres, ses parchemins ou cahiers, au choix. D'autres avaient même des plumes à papote, vachement pratique pour les cours ou les profs qui parlent sans se soucier de savoir si les élèves peuvent bien noter ce qu'ils disent. Le silence s'installait doucement. On savait tous comment était ce prof. Il n'aimait pas le bruit. En particulier venant des élèves qui ne sont pas franchement doués pour ce cours.

"Bien. Bonjour à tous. Aujourd'hui, comme je vous l'ai dis vendredi, nous voyons les sortilèges de torture. Vous avez interêt à bien m'écouter parce que ce que je vais dire est très important pour votre sécurité. Et mon poste. Donc, je disais. Les sortilèges de torture. Comme le nom l'insinue, ce sont des sortilèges très douloureux qu'il vous faudra apprendre à contrer. Vous commencerez donc par vous protéger vous même, c'est clair ? Palkhomir ! C'est lequel qu'il faut utiliser ?"

La voix du prof me sortit soudainement de ma torpeur. Sortilège de protection, voyons voir... Comment on dit en anglais déjà ?

"Protego, je crois."

Ca y est, mon accent était revenu. La fatigue c'est relou, ça me rend mon accent et ça m'empêche de me faire correctement comprendre. Bof, tant pis, il fera avec. Mes yeux se fermaient tandis que le prof reprenait son discours :

"Bien, Protego, c'est ça. Pour vérifier si le sortilège de protection fonctionne bien, vous lancerez un Rictusempra. Je vous assure que si jamais on oublie de faire un Finite Incantatem, ce sortilège peut très bien faire office de sortilège de torture. Palkhomir !"

Quoi encore ! C'est pas vrai ça, pourquoi ce prof se sent toujours obligé de m'interroger moi ?! Mon ton se fit quelque peu aigri. Mes yeux restaient fermés tandis que je lui répondais.

"Oui monsieur ?"

"Citez moi tous les sortilèges qui vous passent par la tête pouvant faire office de sortilège de torture."

Les cours de Durmstrang me revinrent soudainement en tête. Ben ouais, à Durmstrang on faisait de la vraie torture. Sur des vrais gens. S'ils n'étaient pas capable de se protéger, c'était tant pis pour eux. Assez simple :

"Aguamenti, confringo, diffindo, endoloris, expulso, impero, incendio, levicorpus, obscuro et silencio, sectumsempra, stupefix, expeliarmus... Utilisés de la bonne manière, ces sortilèges peuvent causer énormément de dégats même si certains peuvent parraître innofensifs."

"Exact. Bien qu'il y en ai une infinité d'autres. 10 points pour Serpentard. Maintenant, séparez vous en deux groupes, les deux habituels. Vous savez bien : les bons, et les nuls. Allez hop. Ah, et inutile de préciser bien sûr, que les trois sortilèges impardonnables sont strictement prohibés dans mon cours."

Oui, ce prof avait tendance à privilégier les bons et à laisser tomber les moins bons; qui avaient pourtant besoin d'aide. Cette situation était agaçante, car à la place de s'améliorer en cours, les gens venaient voir les meilleurs pour obtenir de l'aide en dehors des cours; et je me faisais harceler. J'en fis part au professeur qui faisait la moue. Selon lui je n'avais pas à me préoccuper des autres, mais la perspective de voir les mauvais se faire laminer par les bons le réjouissait. Ainsi soit-il !

"STOP ! On arrête tout. Vous formerez des groupe de deux. Un bon avec un boulet.Toi là, oui, toi. Tu vas avec elle. Toi, tu vas avec lui. La belle gueule blonde, tu vas avec le rouquin. Et toi, ça t'intéresse pas c'que je dis ? T'es la plus nulle de la classe et tu te permets de pas écouter ? Pas étonnant que t'ai le niveau au ras des pâquerettes. Parfait. Palkhomir va s'occuper de toi, tu t'en ficheras un peu moins la prochaine fois. Allez on se dépêche. Les autres, choisissez vos partenaires. Plus vite que ça, allez !"

La jeune fille qui s'approchait de moi faisait partie de la maison de Serpentard. Plus jeune que moi -forcément-, et apparemment nulle.

"Salut ! Dis moi, t'as besoin que je te montre pour le sort de protection ou pas ? Parce que sinon on passe direct au Rictusempra. Ou au Sectusempra, comme tu préfères. Même si je préfère éviter de devoir t'emmener à l'infirmerie parce que t'es coupée de partout."

Mon accent me trahissait, c'en était agaçant. J'espère au moins que j'avais été assez clair, parce que j'avais tendance à parler vite et à mâcher la moitié des mots. Et franchement, j'avais la flemme de répéter. Persuadé qu'elle n'avait pas compris, je jurai quelques mots en ukrainien et en russe avant de répéter plus doucement. Je la fixais en attendant une réponse. La lumière ne me permettait pas de distinguer correctement son visage, mais elle était plutôt jolie d'après ce que je pouvais voir.





*: Le nom du prof est prit au pif, s'il vous plait pas, changez le !







_________________________________________

† Лучше умереть стоя, чем умереть на коленях.†
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nataliya M. Kataïev

Russkof dangereuse – TAKE CARE. DANGER

avatar

Féminin Messages : 140

Carte d'étudiant
Année d'étude: 5ème année.
Pureté du sang: Sang-Mêlé.
Patronus: Mouette

MessageSujet: Re: Rencontre avec une nulle. - Nat'    Dim 6 Avr - 18:52

Y a des jours comme ça, où on aurait mieux fait de rester coucher. Si la météo avait pu prévoir la tendance aujourd’hui, elle aurait mis une grosse alerte rouge ; toute la journée. Tout avait commencé ce matin, 8h, premier cours de la matinée. Oui, Nataliya avait bien dormi ; oui, elle s’était couchée tôt ; et oui, elle était fatiguée, parce que 8h du matin pour commencer la journée, c’était trop tôt : alors non, ça ne s’annonçait pas bien. D’abord, il y avait ce cours ; ce stupide, ridicule, pathétique, atroce cours. Défense contre les forces du mal. La blague. Que quelqu’un vienne chercher des noises à Nataliya, et elle se ferait un plaisir de devenir lesdites forces du mal. Parce que non, non et NON, elle n’était pas douée pour ça. Et ça la tuait, ça lui donnait envie à la fois de mourir et d’étriper le prochain qui lui passerait devant. Bordel.

Puis il y avait ce prof. Ce prof trop beau, trop sexy, trop badass, trop tout ce que vous voulez. Et trop un connard surtout. Son job de prof, c’était un peu un compromis entre continuer son boulot d’Aurore et prendre sa retraite, autant dire que ce n’était pas le sujet le plus sérieux du monde. Il se fichait pas mal de laisser les plus démunis derrière, en fait, il en riait ce sadique. Nataliya ? Son bouc émissaire préféré. Vous pouvez y aller, si y avait une démonstration à faire ou quelqu’un à martyriser, c’était pour elle. Des fois, elle avait envie de monter sur le bureau un peu comme Esméralda avait tenu tête à Frollo et hurler « JUSTICE ! » … Puis bon, elle se rappelait qu’elle était chez Serpentard et que ça n’allait pas tellement avec l’image de classe perpétuelle qu’elle devait dégager (oui, elle y croit vraiment). Et accessoirement, en un coup de baguette, il ferait ce qu’il voulait d’elle… Quant à elle, son seul atout étant sa force physique, elle doutait de sa capacité à se défendre. Triste monde.

Et aujourd’hui, jour maudit, un clampin (de sa propre maison en plus) avait proposé de ne pas laisser les plus nuls sur le bord. Mais bien sûr, c’était tellement plus drôle de les envoyer au casse-pipe ! D’ailleurs, c’était l’avis du prof. VADE RETRO SATANAS. Mais un peu de contenance voulez-vous, nous sommes à Serpentard et pas chez ces rustres de Gryffondor (oui Wilhem, c’est de toi qu’on parle). Et donc, je disais,  un petit abruti qui avait des idées toute nulles. Devinez qui le prof a mis avec Nataliya ? Bingo mes amis ! Il allait la massacrer. Qu’il soit prévenu, s’il lève sa baguette, elle le mord. Soupirant, rechignant, la jeune russe s’approcha de cet étrange être qu’elle ne connaissait que de vue. Alex, quelque chose comme ça. Disons, Al. Ainsi, Al voulait travailler. Le fourbe, on sait bien ce qu’il fiche à Serpentard lui. Regardez le qui prend une mine toute gentille ! Tu connais le sort et tout, je veux pas t’embêter et tout hein. Mec, dès qu’elle apprend à transformer les gens en goule, je te promets que c’est pour toi.

Et pourtant… Pourtant, elle n’a pas pu s’empêcher de remarquer ce petit accent. Au début, c’était tellement normal pour elle qu’elle n’y avait pas prêté attention et puis… Mais par Salazar Serpentard, il est de la maison ! Wouhou, un peu plus et elle allait se mettre à danser. Mais alors quand il s’est mis à jurer en russe. Le russe, c’était beau, c’était la plus belle langue du monde, mais pour jurer, c’était encore mieux. Voilà donc Nataliya toute perturbée, une partie d’elle-même lui donnait envie de prendre un selfie avec ce mec et de le poster sur Facebook, tandis que l’autre lui hurler de lui faire ce que l’armée rouge avait fait à la famille impériale de Russie pendant la Révolution (Anastasia, si tu m’entends, paix à ton âme !). Cruel dilemme, comment était-elle censée réagir ? La décision fut vite prise.

Elle jeta un regard perçant à ce drôle d’individu. Vous pouvez le traduire par je suis entrain de jauger si je t’accorde le droit de me parler ou mec, je préfèrerai manger du rôti de troll que de rester avec toi. Interprétez le comme bon vous semble, toujours est-il qu’elle se retourna, et s’assit sur une chaise, dos à lui. Croise les bras, croise les bras, croise les jambes, lève la tête. En deux temps trois mouvement, ce mec n’existait plus. Pas un geste envers lui, et surtout pas une parole qui trahirait ses origines. Et si vous voulez faire le test, sachez qu’elle peut être têtue. Très têtue. Origine russe oblige.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alekseï V. Palkhomir

Petit chieur dégoulinant de sex appeal

avatar

Masculin Messages : 232

Carte d'étudiant
Année d'étude: Cinquième année
Pureté du sang: Sang-mêlé
Patronus: Sombral

MessageSujet: Re: Rencontre avec une nulle. - Nat'    Dim 6 Avr - 22:40

La jeune inconnue me toisait de haut en bas. Aux rayons X. J'avais la vile impression d'être foutu à poil devant elle, et c'était fort désagréable. Non pas que je n'aime pas qu'une fille me voit nu, mais celle-là en particulier, c'était bizarre...
Elle semblait n'avoir qu'une envie, c'était de se jeter sur moi et de m'égorger. Avec les dents. Et de boire mon sang. Avant de me piétiner, me brûler vif puis de distribuer ma chair à un dragon. Elle avait l'air adorable.
Puis, sans prévenir, elle s'était retournée, avait pris une chaise, s'était assise dessus en croisant les bras et les jambes et en relevant la tête bien haut.
J'étais... éberlué. On m'avait déjà tenu tête avant, mais enfin... Là, ça frôlait le ridicule. En fait, non, c'était plus que ridicule.
Devant cette fabuleuse réaction digne d'une gamine snobinarde de cinq ans et demi, j'hésitais fortement entre exploser de rire et la chopper, la soulever contre le mur et lui refaire le portrait. Mais elle avait un trop joli minois pour que j'ai réellement envie de le lui refaire. Comprenez moi bien, je ne suis pas un artiste, et, si j'en étais un, je ferai de l'abstrait tellement je suis nul en art.
La première option s'imposait donc. Et j'explosai de rire, un rire sonore qui dérangea les trois quarts des élèves présents dans la salle. Les pauvres, ils galéraient déjà à lancer un simple sortilège de protection, si en plus un abruti se mettait à rigoler, ils avaient pas fini... Les larmes coulaient sur mes joues et mes abdos me fait atrocement mal quand, au bout de cinq longues minutes, je réussi enfin à me calmer.

"Très drôle. T'es une marrante toi, hein ! J'aime bien m'amuser, mais franchement, là..."

Je passais devant elle et m'agenouillais.

"Ecoute, j'aimerai vraiment faire ce cours, tu vois. Je me suis pas levé à 7h pour avoir à faire à une gamine capricieuse et perdre mon temps alors que j'aurai très bien pu dormir une heure de plus. Alors bon."

Je me relevai rapidement et pointai ma baguette sur elle en murmurant un Protego à peine audible. Un instant plus tard, j'étais assis sur une chaise à califourchon en face d'elle. Je passai rapidement la main dans mes cheveux -bon dieu ce qu'ils sont secs, il faut que je trouve un truc, c'est clairement plus possible là - et soupirai avant de reprendre mon joli discours :

"T'es plus une gamine. T'es en 5ème année, et en 5ème année, non seulement, on ne boude pas, parce que c'est tout à fait ridicule, mais en plus, on a des exam'. Je suppose que je t'apprends rien. Or, à ces exams, il ne faut surtout pas se planter. Etant donné que t'es à Serpentard, je peux supposer que t'as de l'ambition et que t'as pas franchement envie de... Merde, comment on dit ça en anglais ? Bon, refaire une année on va dire. Moi ça me gêne pas, j'ai fais ce cours à Durmstrang il y a 5 ans, et tu vois, je m'en suis sorti vivant et en parfaite santé ! Ce qui n'est pas le cas de tous. Enfin j'exagère, il n'y eu a que deux morts. Je fais ça pour toi hein. Donc..."

Je me relevai d'un coup, pointai ma baguette sous son menton en la forçant à me regarder et lui sorti une expression typiquement russe -en russe- empreinte d'un ton malicieux :

"Si votre Altesse veut bien se donner la peine de m'accorder cette danse..."


Je lui tendis la main en lui offrant mon plus beau sourire. Elle allait refuser, je le savais. Trop capricieuse et bornée pour accepter de travailler avec un mec qu'elle venait de rembarrer. Dans ma tête, je préparai déjà un Stupefix. Elle m'avait fait rire, mais également mis en colère.
Je la sentais monter, la colère, et j'adressai à cette jeune fille immature un de mes regards les plus noirs que j'avais en stock, sans pour autant cesser de sourire.







_________________________________________

† Лучше умереть стоя, чем умереть на коленях.†
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nataliya M. Kataïev

Russkof dangereuse – TAKE CARE. DANGER

avatar

Féminin Messages : 140

Carte d'étudiant
Année d'étude: 5ème année.
Pureté du sang: Sang-Mêlé.
Patronus: Mouette

MessageSujet: Re: Rencontre avec une nulle. - Nat'    Lun 7 Avr - 9:21

Elle le détestait. Ou presque. En fait, c'était difficile à dire : il lui donnait à la fois toutes les raisons de le détester comme de l'adorer. Rien que sa façon de parler était fascinante : elle détestait sa façon de lui parler comme à une enfant, et pourtant elle adorait le ton qu'il prenait et son accent. C'était à la fois familier et dépaysant. C'était... déstabilisant. Rien que sa façon de rire la perturbait. Quelque part, elle avait envie de lui hurler dessus et de dire. Vasy-, fous toi de ma gueule, je te dirai rien. Mais son rire était extrêmement communicatif, et le fait de devoir se retenir de rire avec lui la mettait tout simplement mal à l'aise. Pauvre petite chose.

Quelque part, elle aurait voulu jouer le jeu et faire un effort ; juste pour ne pas avoir l'air de cette gamine immature dont elle donnait l'impression. Mais non, c'était impossible, pas dans ce cours là. Elle n'avait jamais vraiment pratiqué la magie avant son entrée à Poudlard il y a quelques mois, elle commençait tout juste à maitriser les sorts courants : un simple aguamenti lui demandait une concentration intense, alors protego ou rictusempra, imaginez les dégâts. On pourrait penser que cette situation serait plutôt connue des autres élèves, mais Nataliya faisait des pieds et des mains pour que ça ne se sache pas. Alors comment cet énergumène pourrait-il bien en faire cas ?

Mais sa gêne dans ce cours ne venait pas que de sa médiocrité ; au fond d'elle, elle avait le sentiment que si elle avait su tout ça au moment propice, elle aurait pu en faire usage. Tout ça aurait pu lui servir, et cette lacune lui laissait un sentiment de frustration et d'amertume tangible qu'elle ne pouvait expliquer. Abstraction faite du prof et de ses résultats, ce cours la mettait véritablement mal à l'aise.

De plus, ce petit idiot avait soulevé un point intéressant en mentionnant les BUSEs de fin d'année. Elle était à Serpentard, ainsi, échouer n'était pas une option. Heureusement pour elle, elle n'était pas non plus à Poufsouffle : il n'était donc pas de rigueur de réussir à la loyale. S'il est un sortilège qu'elle maitrisait parfaitement, c'était bien le sortilège de confusion, et ça pouvait toujours servir, si vous voyez ce que je veux dire... Elle n'avait pas vraiment écouté la suite de ses propos, lassée par son ton un peu trop condescendant. Pourtant, elle n'avait pas d'autres choix que de lui prêter attention lorsqu'il plaça sa baguette sous son menton.

Elle le regardait, n'ayant pas d'autres choix, et ne put s'empêcher de noter à quel point son physique lui rappelait celui des pays de l'Est. Il abordait un visage long et carré, des traits grossiers et sûrs. Il avait un regard perçant et saisissant, sombre et impénétrable. Ses cheveux étaient noirs et contrastaient avec la peau claire de son visage. Il n'avait rien d'exceptionnel, c'était le genre d'homme que Nataliya avait vu toute sa vie, et justement, ça avait un certain charme. Mais ce n'était pas ce qui allait la rendre plus sympathique. Bien décidée à se terrer dans son mutisme, elle fut interrompue par le prof qui ne put s'empêcher de s'en mêler : «Katyev, Palkhomir, vous vous mettez au boulot où j'enlève 5 points à Serpentard! ». Ka - ta - ïev. Y avait pourtant rien de compliqué là dedans, pourtant, visiblement, il s'en fichait. Peut-être même se demandait-il ce qu'elle fichait chez Serpentard. A l'inverse des autres, il adorait cette maison, et si elle avait été chez Gryffondor, elle aurait déjà fait perdre une dizaine de points à sa maison. Et ça, il n'en était pas question.

Saisissant la main que son partenaire lui tendait, Nataliya se releva et se rapprocha un peu trop de lui. Non pas pour instaurer une quelconque gêne ou idée de domination, pas du tout : pour que personne d'autre n'entende ce qui allait suivre. L'avantage, c'est qu'elle pouvait le dire en russe, et si ce n'était pas pour dire quelque chose d'aussi humiliant, elle s'en délecterait complètement.

« Ça fait un mois que je suis à Poudlard et j'ai jamais vraiment utilisé la magie avant. Alors, tes sortilèges de torture, tu te les garde, pigé ? »

A vrai dire, c'était un coup de chance que ce bonhomme soit à Serpentard : sans ça, elle n'aurait jamais avoué. Mais elle savait que sa maison était symbole d'une certaine solidarité, ce n'était pas Serdaigle où l'on se tirait dans les pattes pour savoir qui serait le plus intelligent de tous, non. A Serpentard, on était tous dans le même bateau, et si on laissait volontiers les autres se ramasser, au sein de la même maison, on se serrait les coudes. Parce qu'être l'élite, ça se méritait, et ça ne se faisait pas tout seul : on l'avait bien compris. Donc logiquement, ce type comprendrait que si Nataliya faisait l'exercice proposé, ça revenait à une tentative de suicide. Et il en ferait cas. Le regard de Nataliya ne trahissait rien, mais au fond, l'intensité de son visage l'appelait à la protéger. Parce que pour une fois, elle ne s'en tirerait pas seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alekseï V. Palkhomir

Petit chieur dégoulinant de sex appeal

avatar

Masculin Messages : 232

Carte d'étudiant
Année d'étude: Cinquième année
Pureté du sang: Sang-mêlé
Patronus: Sombral

MessageSujet: Re: Rencontre avec une nulle. - Nat'    Lun 7 Avr - 17:47

Elle ne répondait rien. Insupportable petite fille. J'allais lever ma baguette et l'attaquer pour l'obliger à se défendre, quand le prof nous interrompit dans notre duel de regards :

" Katyev, Palkhomir, vous vous mettez au boulot où j'enlève 5 points à Serpentard! "

Ah, une du pays. Et c'était en passant celle dont on parlait tant. La Kataïev, la batarde des Grant, la demie soeur de ce petit Poufsouffle et de cet abruti de Gryffondor. En attendant elle ferait mieux de se mettre au boulot si elle ne voulait pas que notre maison perde des points. Elle n'avait pas intérêt, je venais d'en faire gagner dix avec la tête dans le pâté, ils étaient mérités.
Je n'eu pas le temps de retourner mon regard vers elle qu'elle avait déjà saisie ma main et s'était collée contre moi. Cette situation était quelques peu... Gênante. Heureusement que je ne rougis pas facilement, parce que sous le coup de la surprise, je vous assure que c'est un truc qui vous fait perdre tous vos moyens.

" Ça fait un mois que je suis à Poudlard et j'ai jamais vraiment utilisé la magie avant. Alors, tes sortilèges de torture, tu te les garde, pigé ? "

En russe bien sur. Forcément. Ca expliquait beaucoup de choses, mais enfin... Elle me regardait, son visage restant totalement inexpressif. Son regard ne scillait pas, et j'avais parfaitement compris qu'elle ne s'en sortirait pas. C'était être kamikaze que de la laisser faire quelque chose comme ça...

"Et tu peux pas le dire au lieu de me laisser te prendre pour une abrutie finie ?"

Je me rapprochais un peu plus et me contentait de lui murmurer à l'oreille :

"Très bien, t'y connais rien, donc je vais faire un truc qui pourrait non seulement nous éviter de perdre des points, mais en plus qui pourrait t'apprendre quelque chose. Tu me laisse faire, et quand je donne le signal, on se barre en courant. De toute façon, on sera pas seuls, toute la classe sera obligée d'évacuer."

Je ne lui laissa pas le temps de répondre que déjà je lançai la liste de maléfices. Lancer des sortilèges informulés demandait une concentration extrême, mais c'était une chose que je pratiquais depuis des années, pour moi, ce n'était donc qu'une banalité -merci papa !- Le sortilège de confusion atteignit le professeur en pleine poire ainsi que quelques élèves, tandis que mon Confrigo fit exploser deux tables. Mon Expulso démolit une partie du mur, ce qui forçait les élèves à se rassembler vers la porte de sortie. Deux d'entre deux traînait le prof par sa robe, et moi en hurlant en russe de courir, j'entraînais Nat par la main vers la sortie avant même que mon Incendio puisse atteindre le sol. Les élèves nous suivaient hors de la salle, les plus doués restaient pour éteindre l'incendie. En courant, je ne pouvais m'empêcher de lui dire :


"Tu vois, le truc que tu viens d'apprendre là, c'est que les sortilèges informulés, ça s'apprend ! Si ça te... tente... Attends, je respire deux minutes. Donc, si ça te tente, j'peux te filer un coup de main."


Je m'arrêtais dans un couloir et la regardais dans les yeux. A la lumière, elle avait déjà l'air un peu plus sympathique que dans l'obscurité de la salle de cours. Et faut avouer qu'elle a un regard perturbant. Très russe, disons.







_________________________________________

† Лучше умереть стоя, чем умереть на коленях.†
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nataliya M. Kataïev

Russkof dangereuse – TAKE CARE. DANGER

avatar

Féminin Messages : 140

Carte d'étudiant
Année d'étude: 5ème année.
Pureté du sang: Sang-Mêlé.
Patronus: Mouette

MessageSujet: Re: Rencontre avec une nulle. - Nat'    Lun 7 Avr - 18:29

Nataliya n’était pas d’une intelligence extrême (si, si, je vous assure), mais à côté de ce type, elle se sentait vraiment l’âme de Rowena Serdaigle. Elle arrivait tout juste à croire ce qu’il venait de faire. Au début, elle pensait qu’il voulait se la jouer en disant qu’il allait faire un truc de fou… Et puis non. Comment ce type n’a-t-il pas pu tomber à Gryffondor ? Certainement parce qu’il était slave donc ça faisait de lui un être supérieur à la moyenne… enfin peut-être. Ce qu’il venait de faire était proportionnellement démesuré, franchement. Si on apprenait que c’était lui qui avait fait ça, Serpentard était bien mal. Ils risquaient de perdre une sacrée longueur d’avance, et y en a un qui allait écoper de masse d’heures de colle, je vous le dit moi. Le prof ne remarquera rien. Espèce de goule, c’était un ex-aurore ! C’est pas un môme qui allait l’arrêter. Nataliya serait obligée de vendre son corps pour pallier cet affront, et on allait encore faire des blagues minables sur les clichés russes.

De plus, tout ce capharnaüm déclencha une peur tangible chez Nataliya. Tout explosait, on ne savait plus où se terrer, et ça lui rappelait bien quelque chose sans qu’elle puisse dire quoi. Ce jeune blanc-bec qui la trainait hors de la salle de cours était une véritable aubaine pour le coup. Mais dès qu’elle récupérerait l’usage de sa main, elle lui filerait une baffe d’enfer. Peut-être. Ils coururent un temps qui lui sembla infini, mais tant qu’elle s’éloignait de ce prof, Nataliya pouvait l’assumer. Lorsqu’ils s’arrêtèrent enfin dans un des recoins du château, elle était essoufflée et se promit de maudire ce type. Puis elle se rappela qu’il était à Serpentard. Alors elle mit cette promesse entre parenthèse.

Tout aussi essoufflé qu’elle, il lui expliqua que tout ce raffut était l’œuvre de sortilèges informulés. Balèze, elle devait bien l’admettre. Normal, il était à Serpentard. En fait, il proposait même de lui apprendre. La blague, c’est à peine si elle savait se défendre lorsque sa goule de frère l’attaquait, alors lancer correctement un sortilège sans le prononcer… Mais l’idée était tentante. Elle en avait vraiment besoin, et l’idée de pouvoir réussir ses BUSEs sans tricher était une perspective plutôt alléchante. Puis avouons-le, ce type était russe, donc c’était forcément une bonne idée. D’aussi loin qu’elle se rappelle, elle n’avait jamais rencontré de gens douteux en Russie (hormis l’ironie flagrante de cette phrase, j’insiste sur le d’aussi loin qu’elle se souvienne).

« Je te préviens, ça va pas être du gâteau. Quand je te dis que j’ai jamais vraiment utiliser la magie avant d’arriver, c’est pas une blague. Et si tu le répètes, je te démolis. Sérieusement. »

Je te démolis. Ca vous fait rire autant que moi ? Bien, donc nous sommes tous les deux inconscients. Nataliya ne savait peut-être pas se servir de la magie, mais elle avait de la force, et elle savait s’en servir (d’où ça venait, c’était un mystère par contre). Alors oui, ce jeune gringalet n’était peut-être pas aussi chétif qu’elle l’aurait voulu, mais qu’importe. Elle était à Serpentard, la détermination et la ruse, c’était son quotidien. Et s’il n’était pas trop stupide, il le noterait dans un coin de sa tête.

« D’ailleurs, je suis Nataliya. Enchantée de te rencontrer. Mais la prochaine fois, évite toutes ces explosions là, je suis sure que tu peux trouver une meilleure entrée en matière. »

Au fond, elle disait ça un peu pour la forme. Parce que oui, elle avait eu un peu peur et ça avait fait écho à de tristes évènements qu’elle préférait oublier. D’ailleurs ça tombe bien, elle les avait oubliés. Mais finalement, supposons qu’elle soit capable de refaire tout ça, le prochain repas de famille allait être mortel. Enfin, littéralement, certainement moins que le dernier c’est vrai. Mais il y avait du potentiel, ce jeune homme donnait lieu à plein de possibilités en fait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alekseï V. Palkhomir

Petit chieur dégoulinant de sex appeal

avatar

Masculin Messages : 232

Carte d'étudiant
Année d'étude: Cinquième année
Pureté du sang: Sang-mêlé
Patronus: Sombral

MessageSujet: Re: Rencontre avec une nulle. - Nat'    Lun 7 Avr - 21:40

Elle reprenait sa respiration en même temps quoi mais elle semblait tentée par l'idée. Les sortilèges informulés après tout, c'est la grande classe. Surtout quand on est chez Serpentard. Et surtout quand on est un Serpentard slave -quoique le mot slave suffit à lui tout seul à démontrer notre classe-. Sa décision était prise, et c'est avec un grand sourire que je l'accueillis :

"Je te préviens, ça va pas être du gâteau. Quand je te dis que j’ai jamais vraiment utiliser la magie avant d’arriver, c’est pas une blague. Et si tu le répètes, je te démolis. Sérieusement. D’ailleurs, je suis Nataliya. Enchantée de te rencontrer. Mais la prochaine fois, évite toutes ces explosions là, je suis sure que tu peux trouver une meilleure entrée en matière."


J'explosai encore de rire. Je crois que cette fille avait un don pour ça; franchement, le "je te démolis", il m'a détruit une nouvelle fois les abdos. Elle ne maitrisait pas la magie, elle était toute fine, et en plus, elle mesurait environ une tête de moins que moi. Alors d'accord, les russes, elles sont hargneuses. De vraies harpies. Mais franchement, je pense pouvoir m'en sortir sans grands dommages -sauf si elle mord-.

"Toi, me démolir ? M'enfin regarde toi, t'es déjà épuisée au bout d'un sprint de cinq cent mètres... Et puis bon, c'est un peu... Une drôle de façon de remercier ! Remarque, remercier dans les pays de l'Est, c'est pas ce qu'on fait de mieux. Au niveau des phrases je veux dire. Tu m'as compris. Sinon, oui, d'accord, j'éviterai d'incendier la salle et d'exploser les tables la prochaine fois. Enfin ça se répare quoi... Et le prof n'a vraiment rien compris, je t'assure. C'est impossible de repérer un sortilège informulé correctement informulé. Personne ne peut. Et crois moi, je sais vraiment correctement les informuler."

Nataliya Kataïev. Comme le politique russe qui s'est fait laminer par le gouvernement parce qu'il était contre le gouvernement ? Ce serait une folle coïncidence quand même... Enfin, les détails, c'est à voir plus tard même si c'est bougrement intéressant. Et suis-je bête ? Je ne m'étais pas présenté.

"Moi c'est Alekseï. Palkhomir. Alekseï Vladislav Palkhomir. Et enchanté également. Fin c'est pas comme si t'avais vraiment l'air ravie de me rencontrer, mais je reste toujours enchanté de voir une nouvelle tête ! Alors dis moi, tu voudrais commencer par quoi pour le coup de main en cours ?"


Dans ma tête je préparais déjà le plan. Il faudrait commencer par les bases -logique-, ensuite les sortilèges d'attaque, les sortilèges de défense, si ça l'intéresse on passera par les enchantements -oui oui j'vous jure, animer un cure dent peut s'avérer rigolo, si ce dernier ne décide pas de se planter dans votre main-, et puis enfin les sortilège informulés. Si elle a le niveau. Ce dont je doute quelque peu. Mais elle est russe, elle est têtue, et elle est à Serpentard. Une serpentard russe têtue, ça a toute ses chances, surtout si elle a déjà accepté le marché -bien qu'elle n'ai pas dis clairement "oui", ça voulait quand même dire oui-.

"J'espère que t'apprends vite."







_________________________________________

† Лучше умереть стоя, чем умереть на коленях.†
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre avec une nulle. - Nat'    

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre avec une nulle. - Nat'
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle est le panda le mieux approprié avec un feca?
» Duo avec un Panda
» Souci avec les spoilers !
» iPhone : Comparatif des 4 applications qui permettent de communiquer avec les lapins Nabaztag
» Avec du retard ... Bonne fête Martin Letarte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forbidden Journey :: Poudlard - 1er et 2ème étages. :: Salle de classe : défense contre les forces du mal.-
Sauter vers: